BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


The Secret Doctrine, Volume I Cosmogenesis

H. P. Blavatsky


Paradoxes of the Highest Science

Eliphas Levi


The Bhagavad Gita

Anonymous


The Story of Doctor Dolittle

Hugh Lofting


Œuvres de Monsieur de Montesquieu..: Lettres Persanes

by Charles de Secondat Montesquieu (baron de)

Excerpt:

avec celle de critique. En parlant de notre religion, ces Persans nc doivent pas paroître plus injlruits que lorsqu'ils parlent de nos coutumes & de nos usages. Et s'ils trouvent quelquefois nos dogmes singuliers , cette singularité ejì toujours marquée au coin de la parfaite ignorance des liaisons qu 'il y a entre ces dogmes & nos autres vérités.

On fait cette justification par amour pour ces grandes vérités, indépendamment du respect pour le genre humain, que Von ria certainement pas voulu frapper par [endroit le plus tendre. On prie donc le Lecteur de ne pas cesser un moment de regarder les traits dont je parle, comme des effets de la surprise de gens qui dévoient en avoir, ou comme des paradoxes faits par des hommes qui ríéioient pas même en état d'en faire. II ejl prié de faire attention que tout l'agrément consiftoit dans le contrajle éternel entre les choses réelles & la maniere singuliere, naïve ou bigarre , dont elles étoient apperçues. Certainement la nature & le dessein des Lettres Persanes font fi à découvert, quelles ne tromperont jamais que ceux qui voudront se tromper eux-mêmes.

INTRODUCTION.

JE ne fais point ici d'Épître dédicatoire , & je ne demande point de protection pour ce Livre: on le lira , s'il est bon; & s'il est mauvais, je ne me soucie pas qu'on le lise.

J'ai détaché ces premières Lettres pour essayer le goût du Public : j'en ai un grand nombre d'autres dans mon porte-feuiile que je pourrai lui donner dans la fuite.

Mais c'est à condition que je ne ferai pas connu : car íl l'on vient à savoir mon nom, dès ce moment je me tais. Je connois une femme qui marche assez bien , mais qui boite dès qu'on la regarde. C'est assez des défauts de l'Ouvrage, fans que je préfente encerre à la critique ceux de ma personne. Si l'on savoit qui je suis, on diroit : Son Livre jure avec son caractère; il devroit employer son temps à quelque chose de mieux; cela n'est pas digne d'un homme grave. Les Critiques ne manquent jamais ces sortes de réflexions , parce qu'on les peut faire fans essayer beaucoup son esprit.

Les Persans qui écrivent ici étoient logés avec moi; nous passions notre vie ensemble. Comme ils me regardoient comme un homme d'un autre monde, ils ne me cachoient rien. En effet, des gens transplantés de si loin ne pouvoient plus avoir de secret. Ils me communiquoient la plupart de Jeurs Lettres; je les copiai. J'en surpris même quelques-unes, dont ils se seroient bien gardés de me faire confidence, tant elles étoient mortifiantes pour la vanité & la jalousie persane.

Je ne fais donc que l'office de Traducteur : toute ma peine a été

démettre l'Ouvrageànosmœurs. J'ai soulagé le Lecteur du langage asiatique, autant que je l'ai pu, & l'ai sauvé d'une infinité d'expressions sublimes, qui l'auroient ennuyé jusques dans les nues.

Mais ce n'est pas tout ce que j'ai fait pour lui. J'ai retranché les longs complimens, dont les Orientaux ne font pas moins prodigues que nous; & j'ai passé un nombre infini de ces minuties, qui ont tant de peine à soutenir le grand jour , & qui doivent toujours mourir entre deux amis.

Si la plupart de ceux qui nous ont donné de recueils de Lettres a voient fait de même , ils auroient vu leurs ouvrages s'évanouir.

U y a une chose qui m'a souvent étonné; c'est de voir ces Persans quelquefois auffi instruits que moii même des mœurs & des manières de la nation, jusqu'à en connoître les plus fines circonstances, & à remarquer des choses qui, je fuis sûr, ont échappé à bien des Allemands qui ont voyagé en France. J'attribue cela au long séjour qu'ils y ont fait : fans compter qu'il est plus facile à un Asiatique des'infcruire des mœurs des François dans un an, qu'il ne l'està un François de s'instruire des mœurs des Asiatiques dans quatre; parce que les uns fe livrent autant que les autres se communiquent peu.


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre