BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


Some Experiences of an Irish R. M.

Edith Somerville and Martin Ross


The Diplomatic Background of the War

Charles Seymour


Darby O'Gill and the Little People

Hermenie Templeton Kavanagh


The Pictorial Key to the Tarot

Arthur Edward Waite


Contes à Ninon

by Emile Zolà

Excerpt:

— Messieurs, dis-je aux pauvres garçons béants et effarés, vous souvient-il de certaine fable? Cette plaisanterie veut dire ceci : On vous vole' Antoinette que vous pensiez m'avoir volée.

— La comparaison est galante, me cria Léon. Ces messieurs sont des larrons et madame est un...

Madame l'embrassait. Le baiser étouffa le vilain mot.

— Frères, ajoutai-je en me tournant vers mes compagnons de naufrage, nous voici sans vivres et sans toit pour abriter nos tètes. Bâtissons une hutte, vivons de baies sauvages et attendons qu'il plaise à un navire de nous venir tirer de notre île déserte.

VI

Et puis?'

Et puis, que sais-je, moi! Tu m'en demandes trop long, Ninette. Voici deux mois qu'Antoinette et Léon vivent dans le nid couleur du ciel. Antoinette esl restée une bonne et franche fille, Léon médit des femmes avec plus de verve que jamais. Ils s'adorent.

s

SŒUR-DES-PAUVRES

A dix ans, elle paraissait si chëtive, la pauvre enfant, que c'était pitié de la voir travailler autant qu'une servante de ferme. Elle avait les grands yeux étonnés et le sourire triste des gens qui souffrent sans se plaindre. Les riches fermiers qui, le soir, la rencontraient au sortir du bois, mal vêtue et chargée d'un lourd fagot, lui offraient parfois, lorsque le grain s'était bien vendu, de lui acheter un bon jupon de grosse futaine. Et alors elle répondait : « Je sais, sous le porche de l'église, un pauvre vieux qui n'a qu'une blouse par ce grand froid de décembre; achetez-lui une veste de drap, et j'aurai chaud demain, à le voir si bien couvert. » Ce qui lui avait fait donner le surnom deSœurdes-Pauvres; et les uns la nommaient ainsi en dérision de ses mauvaises jupes; les autres, en récompense de son bon cœur.

Sœur-des-Pauvres avait eu jadis un fin berceau de dentelle et des jouets à remplir une chambre. Puis, un matin, sa mère ne • vint pas l'embrasser au lever; etj comme elle pleurait de ne point la voir, on lui dit qu'une sainte du bon Dieu l'avait emmenée au paradis, ce qui sécha ses larmes. Un mois auparavant, son père était ainsi parti. La chère petite pensa qu'il venait d'appeler sa mère dans le ciel, et que, réunis tous deux et ne pouvant vivre sans leur fille, ils lui enverraient bientôt un ange pour l'emporter à son tour.

Elle ne se rappelait plus comment elle avait perdu ses jouets et son berceau. De riche demoiselle elle devint pauvre fille, et cela sans que personne en parût étonné : sans doute des méchants étaient venus qui l'avaient dépouillée en honnêtes gens. Elle se souvenait seulement' d'avoir vu, un matin, auprès de sa couche, son-oncle Guillaume et sa tante Guillaumette. Elle eut grand' peur, parce qu'ils ne l'embrassèrent point. Guillaumette la vêtit à la hâte d'une étoffe grossière, et Guillaume, la tenant par la main, l'emmena dans la misérable cabane où elle vivait maintenant. Puis, c'était tout. Elle se sentait bien lasse chaque soir, et l'Ange de délivrance tardait à venir.

Guillaume et Guillaumette, eux aussi, avaient possédé de grandes richesses autrefois. Mais Guillaume aimait les joyeux convives, les nuits passées à boire, sans. songer aux tonneaux qui s'épuisent; Guillaumette aimait les rubans et la soie, les longues heures perdues à tâcher vainement de se faire jeune et belle; si bien qu'un jour le vin manqua à la cave, et que le miroir fut vendu pour acheter du pain. Jusqu'alors, ils avaient eu cette bonté de certains riches, qui souvent n'est qu'un effet du bien-être et du contentement de soi; ils sentaient plus profondément leur bonheur en le partageant avec autrui et mêlaient beaucoup d'égoïsme à leur charité. Aussi ne surent-ils pas souffrir et rester bons; ils envièrent les biens qu'ils avaient perdus, et, n'ayant plus de larmes que pour leur misère, devinrent durs envers le pauvre monde.


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre