BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


Theory of Colours

Johann Wolfgang von Goethe


Leaves of Grass

Walt Whitman


Novalis Including Hymns to the Night

Novalis, George MacDonald, Thomas Carlyle


Darby O'Gill and the Little People

Hermenie Templeton Kavanagh


En rade

by Joris-Karl Huysmans

Excerpt:

Le soir tombait; Jacques Maries hâta le pas; il avait laissé derrière lui le hameau de Jutigny et, suivant l'interminable route qui mène de Bray-sur-Seiue à Longueville, il cherchait, à sa gauche, le chemin qu'un paysan lui avait indiqué pour monter plus vite au château de Lourps.

La chienne de vie ! murmura-t-il, en baissant la tête ; et désespérément il songea au déplorable état de ses affaires. A Paris, sa fortune perdue par suite de l'irrémissible faillite d'un trop ingénieux banquier ; à l'horizon, de menaçantes aies

le lendemains noirs; chez lui, une meute de

créanciers, flairant la chute, aboyant à sa porte avec une telle rage qu'il avait dû s'enfuir; à Lourps, Louise, sa femme, malade, réfugiée chez son oncle régisseur du château possédé par un opulent tailleur du boulevard qui, en attendant qu'il le vendît, le laissait inhabité, sans réparation et sans meubles.

C'était là le seul refuge sur lequel lui et sa femme pussent maintenant compter ; abandonnés par tout le monde, dès la débâcle, ils pensèrent à chercher un abri, une rade, où ils pourraient jeter l'ancre et se concerter, pendant un passager armistice, avant que de rentrer à Paris pour commencer la lutte. Jacques avait été souvent invité par le père Antoine, l'oncle de sa femme, à venir passer l'été dans ce château vide. Cette fois, il avait accepté. Sa femme était partie pour la commune de Longueville sur les confins de laquelle s'élève le château de Lourps; lui, était resté dans le train jusqu'à la station des Ormes où il était descendu, dans l'espoir de recouvrer quelques sommes.

Il y avait visité un ami, insolvab'e ou se disant tel. avait subi de chaudes protestations, d'incertaines promesses, essuyé en. fin de compte un refus très net; alors, sans plus tarder, il s'était replié sur le château où Louise, arrivée dès le matin, devait l'attendre.

Il était torturé d'inquiétudes ; la santé de sa femme égarait la médecine depuis des ans ; c'était une maladie dont les incompréhensibles phases déroutaient les spécialistes, une saute perpétuelle d'étisie et d'embonpoint, la maigreur te substituant en moins de quinze jours au bien en chair et disparaissant de même, puis des douleurs étranges, jaillissant comme des étincelles électriques dans les jambes, aiguillant le talon, forant le genou, arrachant un soubresaut et des cris. tout un cortège de phénomènes aboutissant à des hallucinations, à des syncopes, à des affaiblissements tels que l'agonie commençait au moment même où, par un inexplicable revirement, la malade reprenait connaissance et se sentait vivre. Depuis cette faillite qui la jetait au rancart, elle et son mari, sur le pavé, sans le sou, la maladie s'était affilée et accrue ; et c'était la seule constatation que l'on pût faire; l'abattement paraissait s'enrayer, les couleurs revenaient, les chairs devenaient fermes, alors qu'aucun sujet d'alarme ou de trouble n'existait; la maladie semblait_donc surtout spirituelle, les événements l'avançant ou la retenant, selon qu'ils étaient déplorables ou propices.

Le voyage avait été singulièrement pénible, traversé de défaillances, de douleurs fulgurantes, de désarrois de cervelle affreux. Vingt fois, Jacques avait été sur le point d'interrompre sa route. de descendre à une station, de faire halte dans une auberge, se reprochant d'avoir emmené Louise sans plus attendre ; mais elle s'était entêtée à rester d:ms le train et lui-même se rassurait, en se répétant qu'elle serait morte à Paris, s'il ne l'avait soustraite à l'horreur du manque d'argent, à la honte des requêtes injurieuses et des menaçantes plaintes.

La vue, auprès de la gare, du père Antoine attendant sa nièce avec une carriole pour l'emmener et charger ses malles l'avait soulagé, mais maintenant, harassé par la monotonie d'une route plate,-il s'abandonnait, obsédé par une angoisse dont il reconnaissait l'exagération, mais qui l'opprimait et s'imposait à lui quand même; il redoutait presque d'arriver au château, de peur de trouver sa femme plus souffrante ou morte. Il se débattait, eût voulu courir pour dissiper plus tôt ses craintes et il demeurait, tremblant. sur le chemin, les jambes tour à tour alertes et lentes.


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre