BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


The Haunted Bookshop

Christopher Morely


The Count of Monte Cristo

Alexandre Dumas


Theory of Colours

Johann Wolfgang von Goethe


The Souls of Black Folk

W. E. B. DuBois


FumeƩ

by Ivan Sergeevich Turgenev

Excerpt:

Il y avait foule, le 10 août 1862, à quatre heures, devant le fameux salon de conversation de Baden-Baden. Le temps était délicieux : les arbres verts, les blanches maisons de la ville coquette, les montagnes qui la couronnent, tout respirait un air de fête & s'épanouissait aux rayons d'un soleil éclatant; tout souriait, & un reflet de ce sourire indécis & charmant errait sur les visages, vieux & jeunes, laids & avenants. Les figures fardées & blanches des lorettes parisiennes ne parvenaient pas ellesmêmes à détruire cette impression d'allégresse générale; les rubans bigarrés, les plumes, l'or & l'acier scintillant sur les cha

2

peaux & les voiles, rappelaient au regard l'éclat animé & le léger frémissement de fleurs printanières & d'ailes diaprées ; mais les notes criardes de leur jargon français n'avaient rien de commun avec le ramage des oiseaux.

Tout d'ailleurs marchait comme à l'ordinaire. L'orchestre du pavillon exécutait tantôt un pot-pourri de la Traviata, tantôt une valse de Strauss, ou Dites-lui, romance russe instrumentée par l'obséquieux maître de chapelle ; dans les salles de jeu, autour des tapis verts, se pressaient les mêmes figures avec cette même expression, stupide, rapace, consternée, presque féroce, cette mine de voleur que la fièvre du jeu imprime aux traits les plus aristocratiques ; vous eussiez retrouvé le même propriétaire de Tambof, obèse, habillé avec le plus élégant mauvais goût, inutilement & convulsivement agité (comme l'était feu son père quand il rossait ses paysans), les yeux hors de leur orbite, la moitié du corps sur la table sans faire attention aux froids sourires des croupiers, qui semait des louis d'or aux quatre coins de la table au moment où ceux-ci criaient : « Rien ne va plus !» & se privait par là de toute possibilité de gain, quelle que fût sa chance, — ce qui ne l'empêchait pas le soir de répéter, avec la plus sympathique indignation, les propos du prince Coco, un des célèbres chefs de l'opposition aristocratique, de ce prince Coco qui, à Paris, dans le salon de la princesse Mathilde, en présence de l'empereur, avait1 dit si joliment : « Madame, le principe de la propriété est profondément ébranlé en Russie. » Autour de l'arbre russe s'étaient réunis comme d'habitude nos chers compatriotes des deux sexes ; ils s'approchaient avec dignité,- avec nonchalance, s'abordaient avec un grand air, avec grâce & désinvolture, ainsi que cela convient à des êtres placés au suprême degré de l'échelle sociale ; mais une fois assis, ils ne savaient plus de quoi s'entretenir & tuaient le temps, soit à passer du futile au vide, soit à rire des vieilles saillies très-peu élégantes & fort plates d'un ex-littérateur de Paris, bouffon & bavard, qui portait une misérable barbiche à son menton & de vilains souliers à ses pieds plats. Il n'y avait pas de fadaises tirées des vieux

I almanachs, du Charivari & du Tintamarre que ce bouffon ne fît avaler à ces princes russes, & ces princes russes éclataient d'un rire reconnaissant, constatant ainsi involontairement la supériorité du génie étranger, comme leur complète impuissance pour inventer quelque chose de récréatif. Cependant, il y avait là presque toute la fine fleur de notre société, nos types les plus exquis. C'était le comte X, notre incomparable dilettante, profonde nature musicale, qui dit si divinement les romances, quoiqu'il ne puisse pas déchiffrer autrement qu'avec un doigt, & que son chant tienne le milieu entre celui d'un mauvais bohémien & celui d'un coiffeur de Paris, habitué de l'Opéra-Comique. C'était notre irrésistible baron Z, apte à tout : littérateur & administrateur, orateur & grec. C'était le prince Y, ami de la religion & du peuple, qui, durant l'heureuse époque de la ferme de l'eau-de-vie, s'était fait une fortune colossale, en en fabriquant avec de la belladone. C'était le brillant général O, qui avait vaincu quelqu'un, soumis quelque chose, & ne savait pourtant que devenir ni comment.se présenter. C'était P, amusant bonhomme, qui se croyait très-malade & très-spirituel, quoique vigoureux comme un bœuf & bête comme une bûche ; il restait seul fidèle aux traditions de l'époque du Héros de notre temps 1 & de la comtesse Vorotinski : il avait conservé « le culte de la pose, » l'habitude de marcher sur les talons, avec une lenteur affectée, de garder sur son visage immobile & comme offensé une expression de morgue somnolente, de couper la parole à ses interlocuteurs en bâillant, de rire d'un rire nasal, d'examiner attentivement ses doigts & ses ongles, de ramener subitement son chapeau de la nuque aux sourcils & vice versa. C'étaient des hommes d'État, des diplomates, portant des noms européens, gens de conseil & de raison, s'imaginant que la Bulle d'or a été donnée par le pape, & que le poortax est un impôt sur les pauvres ; c'étaient enfin d'ardents, quoique timides adorateurs des camélias, jeunes lions avec des cheveux très-scrupuleusement séparés en deux jusqu'à la nuque, de magnifiques


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre