BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


The Fairy Tale of the Green Snake and the Beautiful Lily

Johann Wolfgang von Goethe, Thomas Carlyle, Rudolf Steiner


The Worm Ouroboros

E. R. Eddison


Alice's Adventures in Wonderland

Lewis Carroll


Paradoxes of the Highest Science

Eliphas Levi


Histoire de la langue fran├žaise

by Ferdinand Brunot

Excerpt:

La Notifia dignitatum, rédigée vers 400, signale des cavaliers saliens, bructères, ampsivariens en Gaule. Il y a des Suèves au Mans, à Bayeux, en Auvergne, des Bataves à Arras, des Francs à Rennes, des Sarmates à Paris, Poitiers, Langres, Valence, d'autres Germains à Senlis et à Reims. Un corps de Sarmates a laissé son nom à Sermaize (Sarmâtia); un corps de Taïfales, à Tiffauge-sur Sèvre (Taifâlia), dans le Poitou; un corps de Marcomans à Mar

1. On en a la preuve, non seulement dans les plaintes exagérées de Lactance ou les déclamations de Salvien, mais dans les textes ofliciels. Le Gode Théodosien traite longuement des terres abandonnées. Eumène, Oral, act., ch. vi, 2, dit: Les champs qui ne couvrent pas les frais sont, par nécessité, abandonnés, et aussi à cause de la misère des paysans qui, écrasés de dettes, n'ont pu ni dériver les eaux, ni couper les plantes sauvages. Aussi tout ce qu'il y a eu autrefois de sol habitable, est ou infecté de marécages, ou hérissé de broussailles, etc.

2. Impletœ barbaris servis romanae provinciœ 'Trebell. Pollion, Claude, 9).

3. Eumène parle à plusieurs reprises de ces établissements de barbares : Nerviorum et Trevirorum arva jacentia excoluit receptusin leges Francus (Paney. Const., c. 21); arat ergo nunc mihi Chamavus et Frisius (Ib.,9); intimas Franci* nationes a propriis sedibus avulsas, ut in desertis Galliœ regionibus collocarentur (Paney., VII, magne (Marcomânia). Et les invasions qui surviennent amènent les Wisigoths en Aquitaine, les Bourgondions en Savoie et dans la vallée du Rhône. Devant ce flot humain les anciens possesseurs ont dû reculer, là où il en restait encore, et s'enfuir vers les villes et les agglomérations, de sorte que les anciens îlots ruraux, où le celtique se maintenait peut-être, ne pouvaient dès lors que disparaître.

On a cru pendant longtemps que la Bretagne, grâce à sa situation péninsulaire, avait offert au vieil idiome un dernier refuge. Il est vrai qu'un dialecte celtique se parle encore aujourd'hui, sous le nom de bas-breton, dans la moitié du Morbihan, des Côtes-duNord, et la totalité du Finistère '. Mais les dernières recherches ont montré que ce dialecte a été réimporté en France par les Bretons insulaires, qui, fuyant l'invasion saxonne, vinrent s'établir en Gaule, du Ve au VIIe siècle. Peut-être existait-il dans le pays des restes de celtique qui ont facilité cette introduction; on ne peut ni l'affirmer ni le nier, faute de faits positifs. Mais il semble bien, d'après le peu que nous savons du gaulois et de ses dialectes, qu'il n'a en rien influé sur le nouvel idiome de la Bretagne, qui, lorsqu'on l'étudié dans ses sources anciennes, apparaît presque identique au gallois d'outre-Manche. Et si nous avions des textes remontant au vi" siècle, il est très vraisemblable que toute différence disparaîtrait. Le latin a chassé le celtique de l'Armorique, comme de la Gaule tout entière 2.

1. Voir particulièrement Loth, L'émigration bretonne en Armorique, 1883.

2. Voir plus haut ce qui a été dit du basque, p. 25.

/

LIVRE PREMIER

CHAPITRE PREMIER
LATIN CLASSIQUE ET LATIN POPULAIRE 1

Les Sources. — Quel était le latin parlé? La divergence de vues est complète sur cette question entre les philologues. Les uns, qui étudient le latin à l'époque moderne, quand, modifié profondément, il porte le nom d'espagnol, d'italien, de provençal, de français, y rencontrent dès les premiers textes des nouveautés si grandes, ils sont conduits si souvent par les raisonnements étymologiques à des formes et à des mots étrangers au latin que nous connaissons, qu'ils concluent à l'existence d'une langue distincte, qui aurait vécu dès l'époque romaine, et se serait parlée à côté de la langue classique qui s'écrivait; c'est cette langue à laquelle ils donnent généralement le nom de lutin vulgaire ou populaire.


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre