BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


Some Experiences of an Irish R. M.

Edith Somerville and Martin Ross


The Secret Doctrine, Volume I Cosmogenesis

H. P. Blavatsky


The Pictorial Key to the Tarot

Arthur Edward Waite


Mortal Coils

Aldous Huxley


L'effusion de sang

by Charles Haddon Spurgeon

Excerpt:

L'un est ce soldat qui vient de tomber sur le champ de bataille. 11 est blessé, grièvement blessé. Le chirurgien accourt, et le soldat l'interroge. Ecoutez-le et jugez de sa folie. Lèvet-il les. yeux avec une ardente anxiété et demande-t-il si sa blessure est mortelle, si l'habileté du praticien parviendra à la guérir, ou si l'on a sous la main tous les secours, tous les remèdes nécessaires?... Non; aucune question semblable ne sort de ses lèvres. Chose étrange, il dit : « Pourriez-vous m'apprendre quel est le sabre qui m'a blessé , quel est le Russe qui m'a si cruellement mutilé ? Je tiens beaucoup, ajoute-t-il, à connaître jusque dans les plus munitieux détails l'origine de ma bléssure. » — « Mais sûrement le malheureux est en délire ! vous écriez-vous; son cerveau est malade. De telles questions, dans un tel moment, prouvent jusqu'à l'évidence qu'il est privé de l'usage de sa raison. »

Voici maintenant un second fou. — La tempête gronde; le navire, poussé par un vent arrière, vole sur les flots avec une effrayante rapidité; les lames inondent le pont; les mâts craquent, les voiles sont en lambeaux et l'ouragan semble redoubler de fureur. Pendant ce temps où est le capitaine? Est-il à donner ses ordres à l'équipage? affronte-t-il noblement le danger, ou cherche-t-il, par des manœuvres habiles, à déjouer la rage des éléments? Non. Il s'est retiré dans sa cabine, et là, absorbé dans une profonde rêverie, il se livre à mille conjectures sur l'endroit probable où la tempête a pris naissance. « Curieux phénomène que ce vent! se dit-il à lui-même; personne encore n'a pu découvrir d'où il vient. » Et sans se préoccuper du sort de son vaisseau, du salut des passagers ou de sa propre vie, cet homme étrange continue, heure après heure, à chercher à résoudre des problèmes insolubles.... « Mais il est hors de sens ! vous écriez-vous encore; qu'on retire au plus tôt le gouvernail de sa main; il n'a plus une lueur de raison!

Et si jamais il touche terre, qu'il soit enfermé comme un aliéné incurable! »

Quant au troisième fou, mes chers amis, il est probable que je n'aurai pas de peine à le trouver parmi vous. — Voici un homme qui est malade, blessé par le péché, exposé au terrible ouragan de la vengeance divine; et cependant la question qu'il voudrait me proposer est celleci: « Quelle est l'origine du mal? » Mais tu es fou, mon frère, spirituellement fou ! m'écrierai-je à mon tour; sûrement si tu étais de sens rassis tu t'enquerrais de toute autre chose. Tu demanderais, non pas : « Comment le péché est-il entré dans le monde? » mais bien plutôt : « Comment en serai-je délivré ?» — non pas: « Comment se fait-il que le feu du ciel descende sur Sodome? » mais bien plutôt: « Comment puis-je m'échapper comme Lot? » — non pas : « D'où vient que je sois malade ? » mais bien plutôt : « Y a-t-il un remède capable de me guérir? Existe-t-il un médecin qui puisse rendre la santé à mon âme malade? » Ah! que de temps ne perdons-nous pas après de vaines subtilités, tandis que nous négligeons des certitudes! Il n'est pas de sujet au monde, j'en suis convaincu, qui ait soulevé autant de questions que l'origine du mal. Les hommes ont creusé leur cerveau et mis leur esprit à la torture afin de comprendre — (ce que l'intelligence humaine ne comprendra jamais) — comment le mal est entré dans le monde, et comment son entrée peut se concilier avec la bonlé divine. Mais, je le demande, à quoi bon ces discussions ? L'existence du mal est un fait, un fait patent, avéré, incontestable. Au lieu donc de nous perdre en vaines spéculations, ne serait-il pas plus rationnel que chacun de nous se dit sérieusement à luimême: « Que dois-je faire pour échapper à la colère à venir, suite naturelle de cette grande maladie morale qui a envahi toute âme d'homme? » Or, c'est ici qu'intervient la parole de l'Ecriture que j'ai prise pour mon texte. Semblable à l'ange armé d'une épée , qui jadis arrêta Balaam sur sa route vers Balak, cette déclaration solennelle : Sans effusion de sang,il ne se fait point de rémission des péchés, vient se dresser devant la conscience du pécheur réveillé. Sentant que son iniquité doit être ou punie ou pardonnée, il se demande avec inquiétude comment il pourra obtenir le pardon; et voilà que sa demande se rencontre face à face avec cette réponse calégorique : Sans effusion de sang, il ne se fait point de rémission des péchés! Et n'allez pas dire, mes chers amis, que c'est là une maxime purement juive : c'est,

au contraire, une vérité vaste comme le monde et immuable comme l'éternité. Elle concerne les Gentils, non moins que les Hébreux. Jamais en aucun temps, jamais en aucun lieu, jamais pour aucune âme la rémission des péchés n'a été obtenue autrement que par l'effusion du sang. 11 y a plus : j'affirme que cette grande vérité est empreinte jusque dans les entrailles de la nature humaine; c'est une loi essentielle du gouvernement moral de Dieu , un de ces principes fondamentaux qui, en dépit de toutes les attaques, resteront toujours debout, une règle qui n'a jamais souffert et qui ne souffrira jamais d'exception. Toujours et partout la même, celte doctrine subsistera d'âge en âge : Sans effusion de sang, il ne se fait point de rémission des péchés. Sous l'économie mosaïque, il en était ainsi; pour les Juifs, point de rémission sans effusion de sang. Il existait certains cas, il est vrai, où l'eau et le feu suffisaient pour rendre net; mais toutes les fois qu'il s'agissait d'une violation positive de la loi, la purification ne pouvait avoir lieu que moyennant un sacrifice sanglant : Dieu ayant voulu enseigner par là à son peuple que le sang et le sang seul efface les péchés. Et, chose remarquable ! les païens eux-mêmes semblent avoir entrevu confusément cette vérité capitale. Que me disent leurs couteaux ruisselants du sang des victimes ? que me disent les lugubres histoires d'holocaustes, de sacrifices, d'immolations humaines qui, des points les plus reculés du globe, parviennent de temps à autre à mes oreilles ? que me disent toutes ces choses , je le demande , sinon qu'au fond de toute poitrine humaine, ancien comme l'existence même de l'homme, retentit comme un écho affaibli de cette loi divine : Sans effusion de sang, il ne se fait point de rémission des péchés? Et pour ne parler que de vous-mêmes , mes chers auditeurs, je suis assuré que dans les replis de vos cœurs et de vos consciences il y a comme un secret instinct qui vous dit à tous que pour réconcilier l'âme coupable avec un Dieu saint et juste, il faut que le sang coule, qu'une victime soit immolée. C'est là, je le répète, la grande vérité du christianisme, et c'est cette vérité que je voudrais essayer de fixer dans votre mémoire, en demandant à Dieu de la faire pénétrer lui-même dans vos âmes.

Sans effusion de sang, il ne se fait point de rémission des péchés. Avant de développer mon texte , je dois tout d'abord répondre à une question qui se présente naturellement à l'esprit. De quelle effusion de sang est-il ici parlé? L'apôtre n'avait-il point en vue un sacrifice particulier lorsqu'il écrivait ces paroles? Oui, mes frères. Un sang d'un prix infini a été répandu , et c'est à l'effusion de ce sang que je voudrais vous faire assister. Il ne s'agit plus ici de meurtres ou de massacres; il ne s'agit plus de brebis ou de boucs égorgés sur les autels. Il y eut une fois un sacrifice auprès duquel tous les autres ne sont rien : c'était un homme, c'était un Dieu qui versa alors son sang. Venez et voyez. Nous sommes dans un jardin à l'aspect triste et morne. Il est minuit. Le sol, durci par la gelée, craque sous les pas. Parmi ces oliviers , au sombre feuillage, je vois un homme; je l'entends exhaler son âme dans la prière. Anges , écoutez! Ecoutez , ô fils des hommes! écoutez et soyez étonnés ! C'est le .Sauveur qui offre sa vie avec de grands cris et avec larmes. Approchez. Considérez son front 0 prodige! Des grumeaux


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre