BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


The Story of Doctor Dolittle

Hugh Lofting


Esoteric Buddhism

A. P. Sinnett


Theory of Colours

Johann Wolfgang von Goethe


Alice's Adventures in Wonderland

Lewis Carroll


La petite Fadette

by George Sand

Excerpt:

10 en tuile, établie en bon air sur la côte, avec un jardin de Tkhi rapport et une vigne de six journaux. Enfin il avait, derrière sa grange, un beau verger, que nous appelons chez nous une ouche, où le fruit abondait tant en prunes qu'en guignes7ën~poires et en cormes. Même

15 ment les noyers de ses ^ordures étaient les plus vieux et les plus gros~He deux lieues aux entoure.

Le père Barbeau était un homme de bon courage, pas méchant, et très porté pour sa famille, sans être injuste à ses voisins et paroissiens.

20 II avait déjà trois enfants, quand la mère Barbeau s'avisa de lui en donner deux à la fois, deux beaux garçons; et, comme ils étaient si pareils qu'on ne pouvait presque pas les distinguer l'un de l'autre, on reconnut bien vite que c'étaient deux bessons, c'est-à-dire deux jumeaux

25 d'une parfaite ressemblance.

L'aîné fut nommé Sylvain, dont on fit bientôt Sylvinet, pour le distinguer de son frère aîné, qui lui avait servi de parrain; et le cadet fut appelé Landry, nom qu'il garda comme il l'avait reçu au baptême, parce que son oncle, qui était son parrain, avait gardé de son jeune âge la coutume d'être appelé Landriche.

Le père Barbeau fut un peu étonné, quand il revint du marché, de voir deux petites têtes dans le berceau. 'Oh! oh! fit-il, voilà un berceau qui est trop étroit. 5 Demain matin, il me faudra l'agrandir.' Il était un peu jnfinjyrisier.de ses mains, sans avoir .appris, et il avait fait la moitié de ses meubles. — Voila deux enfants de plus à nourrir, dont nous n'avions pas absolument besoin; ça veut dire qu'il ne faut pas que je me repose 10 de cultiver nos terres et d'élever nos bestiaux.

La mère Barbeau se prit à pleurer, dont le père Barbeau se mit fort en peine.

— Alas! mon Dieu, dit la femme, mais moi j'ai du souci, parce qu'on m'a dit qu'il n'y avait rien de plus 15 chanceux et de plus malaisé à élever que des bessons. Us se font tort l'un à l'autre, et, presque toujours, il faut qu'un des deux périsse pour que l'autre se porte bien.

—.Oukla! dit le père: est-ce la vérité? Tant qu'à moi, ce sont les premiers bessons que je vois. Le cas 20 n'est point fréquent. Mais voici la mère Sagette qui a de la connaissance là-dessus, et qui va nous dire ce qui en est.

La mère Sagette étant appelée, répondit : — Fiez-vous à moi: ces deux bessons-là vivront bel et bien, et ne 25 seront pas plus malades que d'autres enfants. D'abord, la ressemblance ne fait rien à leur santé. Il y en a qui ne se ressemblent pas plus que vous et moi, et souvent il arrive que l'un est fort et l'autre faible; ce qui fait que l'un vit et que l'autre meurt; mais regardez les 30 vôtres. Us sont jolis à merveille et ne demandent qu'à vivre. Consolez-vous donc, nièrejîar_bej,u, ça vous sera un plaisir de les voir grandir; et, s'ils continuent, il n'y aura guère que vous et ceux qui les verront tous les jours quT pourrez faire entre eux une différence; car 35 je n'ai jamais vu deux bessons si pareils. On dirait deux petits perdreaux sortant de l'œuf; c'est si gentil et si semblableT qu'il n'y a que la mère-perdrix qui les reconnaisse.

— A la bonne heure! fit le père Barbeau en se grattant la tête; mais j'ai ouï dire que les bessons prenaient tant d'amitié l'un pour l'autre, que quand ils se quittaient ils ne pouvaient plus vivre, et qu'un des deux, tout au


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre