BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


My Man Jeeves

P. G. Wodehouse


The Bhagavad Gita

Anonymous


The Haunted Bookshop

Christopher Morely


Letters on the Aesthetical Education of Man

Friedrich Schiller


Les vacances

by Sophie Ségur (comtesse de)

Excerpt:

— Pas encore, chère petite, répondait une des inamans.

— Ah! tant mieux, nous n'avons pas encore fini. »

Et elle repartait comme une flèche. « Mes amies, ils n'arrivent pas encore; nous avons le temps de tout finir.

CAMILLE.

Tant mieux! Sophie, va vite au potager demander des fleurs....

SOPHIE.

Quelles fleurs faut-il demander?

MADELEINE.

Des dahlias et du réséda; ce sera facile à arranger, et l'odeur en sera agréable et pas trop forte.

MARGUERITE.

Et moi, Camille, que dois-je faire?

CAMILLE.

Toi, cours avec Madeleine chercher la mousse

pour cacher les queues des fleurs. Moi je vais laver les vases à la cuisine, et j'y mettrai de l'eau. »

Sophie courut au potager et rapporta un grand panier rempli de beaux dahlias et de réséda qui embaumait.

Marguerite et Madeleine ramenèrent une brouette pleine de mousse

Camille apporta quatre vases bien lavés, bien essuyés et pleins d'eau.

Les quatre petites se mirent à l'ouvrage avec une telle activité, qu'un quart d'heure après, les vases étaient pleins de fleurs gracieusement arrangées; les dahlias étaient entremêlés de branches de réséda. Elles en portèrent deux dans la chambre destinée à leurs cousins Léon et Jean de Rug<''S, et deux dans la chambre du petit cousin Jacques de Traipy.

Camille, regardant de tous côtés.

Je crois que tout est fini maintenant; je ne vois plus rien à faire.

MADELEINE.

Jacques sera enchanté de sa chambre; elle est charmante!

SOPHIE.

La collection d'images que nous avons mise sur la table va l'amuser beaucoup.

MARGUERITE.

Je vais voir s'ils arrivent.

CAMILLE.

Oui, va, nous te suivons.

Marguerite partit en courant, et avant que ses amies aient pu la rejoindre elle reparut haletante et criant:

« Les voilà! les voilà! les voitures ont passé la barrière, elles entrent dans le bois. »

Camille, Madeleine et Sophie se précipitèrent vers le perron, où elles trouvèrent leurs mamans: elles auraient bien voulu courir au-devant de leurs cousins, mais les mamans les en empêchèrent.

Quelques instants après, les voitures s'arrêtaient devant le perron aux cris de joie des enfants. M. et Mme de Rugès et leurs deux fils, Léon et Jean, descendirent de la première. M. et Mme deTraipy et leur petit Jacques descen lirent de la seconde. Pendant quelques instants, ce fut un tumulte, un bruit, des exclamations à étourdir.

Léon était un beau et grand garçon blond, un peu moqueur, un peu rageur, un peu indolent et faible, mais bon garçon au fond; il avait treize ans.

Jean était âgé de douze ans; il avait de grands yeux noirs pleins de feu et de douceur; il avait du courage et de la résolution, il était bon, complaisant et affectueux.

Jacques était un charmant enfant de sept ans, il avait les cheveux châtains et bouclés, les yeux petillants d'esprit et de malice, les joues roses, l'air décidé, le cœur excellent, le caractère vif, mais jamais d'humeur ni de rancune.

CAMILLE.

Comme tu es grandi, Léon!

LÉON.

Et comme tu es embellie, Camille!

MADELEINE.

Jean a l'air d'un petit homme maintenant.

JEAN.

Un vrai homme tu veux dire, comme toi tu as l'air d'une vraie demoiselle. . ■

MARGUERITE.

Mon cher petit Jacques, que je suis contente de te revoir! comme nous allons jouer!

JACQUES.

Oh oui! nous ferons beaucoup de bêtises comme il y a deux ans!


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre