BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


Novalis Including Hymns to the Night

Novalis, George MacDonald, Thomas Carlyle


The Secret Doctrine, Volume II Anthropogenesis

H. P. Blavatsky


The Haunted Bookshop

Christopher Morely


The Secret Doctrine, Volume I Cosmogenesis

H. P. Blavatsky


Majorie ou l'invasion des Fran├žais en Valais

by Charles Du Bois-Melly

Excerpt:

Deux enfants s'appelaient ainsi, il y a bien des années. Un jeune garçon gardait alors le troupeau de son maître du côté de Mùhlibach; une fillette de dix ans à peine, coiffée de son grand mouchoir rouge, filait à la quenouille, conduisant les chèvres de Bellwald sur la lisière de la forêt.

Peut-être—comme il se trouve un pont à Munster — ces bergers s'étaient-ils rencontrés dans la vallée, peut-être aussi, comme la fileuse se montrait toujours la plus hardie du village, courant d'un air étrange après ses chevreaux jusqu'au bord de l'abîme, le garçon l'avait-il remarquée. Pour lui, comme il était seul le plus souvent sur la prairie, ce n'est pas merveille, qu'une fillette y prit garde.

— Walti ! l'été s'en va !voici les mauvais jours! — Adieu l'alpage ! .... Adieu, toi aussi Majorie!

Que de pins de montagne ont blanchi de vieillesse et sont tombés sous la cognée depuis ces enfantines paroles !.... tant de printemps sont passés ! tant d'enfants sont revenus sur ces bords ! ... Pourtant jamais l'écho n'a redit ces noms qu'il semblait aimer:

Walti !.... Majorie ! ....

Bien loin de ces lieux alpestres , c'est au couchant dans les plaines valaisannes que s'ouvre pour nous la scène qui doit commencer cette histoire.

Un des derniers jours de janvier 1798 , l'arbre de la liberté française se dressait pour la première fois sur l'étroite place de Tarnade , et cette manifestation politique troublait encore cette petite ville, singulièrement agitée depuis plusieurs semaines. La foule accourue des campagnes voisines encombrait l'unique rue de l'endroit, les sons du fifre et des tambours animaient les farandoles républicaines, le bonnet rouge des Marseillais embellisait le saint emblème, et déjà partout la cocarde verte ornait les têtes.

Le vert, nous apprend le Moniteur français de ce temps-là 1, était comme on sait la couleur favorite de Guillaume Tell (l).

Ce que cette fête présentait de plus remarquable, c'était d'abord cet enthousiasme officiel de quelques meneurs étrangers, cette joie avinée d'une populace de petite ville, aux prises avec la tranquille indifférence, le muet étonnement de la plupart des gens de campagne traînant dès le matin leurs sabots dans la rue. Vainement ceux-ci étaient conviés sur tous les tons, et chaque jour , par les autorités nouvelles, à la plus vive allégresse, au civisme le plus exalté: «Soyez constitutionnellement heureux ! » venait de s'écrier un commissaire français , s'adressant aux patriotes d'un canton voisin , accourus pour fêter ceux qui venaient gaimentde franchir leurs frontières. Malheureusement, en Suisse, parmi ceux mêmes qui ne demandaient pas mieux que d'être satisfaits ou tout au moins de le paraître , bon nombre d'esprits arriérés en étaient à se demander ce que les soldats étrangers avaient à faire au nom de la liberté dans leurs montagnes ... Le temps devait avant peu leur répondre.

1 Moniteur du 5 pluviose an VI.

Le jour dont nous parlons, le citoyen Résident de la république française, Ange-Bernard de Mangourit, s'était chargé, dans un discours public tout de circonstance, d'éclairer les plus aveugles sur le bonheur inévitable qu'inaugurait ce beau jour. Il avait longtemps parlé de cette félicité patriotique, de cette vraie liberté dont les baïonnettes des vainqueurs d'Italie allaient inviter chacun à goûter les douceurs. Ce que cet agent de confiance du Directoire, cet ancien bailli au présidial de Rennes , cet écrivain sentimental, ce rhéteur sophiste a prononcé chez nous, en ce temps-là, de discours incompris, est vraiment incalculable. Sans Mangourit, pas de fêtes civiques; sans lui, pas d'arbres de la liberté, même dans la plus chétive paroisse de montagne; sans le résident, pas de proclamation, pas d'invocation , et, même à cette époque verbeuse, ce nom brille au premier rang dans la littérature officielle du Directoire.


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre