BLTC Press Titles


available for Kindle at Amazon.com


Vanity Fair

William Thackery


The Worm Ouroboros

E. R. Eddison


Esoteric Buddhism

A. P. Sinnett


The Art of Worldly Wisdom

Baltasar Gracian


Pauvre Blaise

by Sophie Ségur (comtesse de)

Excerpt:

« Votre mobilier ne fait pas honneur à vos anciens maîtres, dit le valet en ricanant; si M. le comte passait par ici, il vous ferait bien vite changer tout cela.

— Qu'est-ce que vous trouvez à mon mobilier qui parle contre les anciens maîtres? répondit vivement Mme Anfry. Est-ce qu'il y manque quelque chose? Tout n'est-il pas en bon état? C'étaient de bons maîtres, ceux qui n'y sont plus, et je n'en demande pas de meilleurs au bon Dieu.

LE DOMESTIQUE.

Ha! haï le bon Dieu! Comme s'il se mêlait d'un concierge et de son mobilier.

MADAME ANFRY.

Le bon Dieu se mêle de tout, et d'un pauvre concierge tout comme d'un prince et d'un roi; et je n'entends pas qu'on se raille du bon Dieu chez moi, entendez-vous bien!

LE DOMESTIQUE.

Voyons, voyons, madame la concierge, il ne faut pas vous emporter pour un mot dit en plaisanterie; mais M. le comte demande le concierge et je ne le vois pas ici.

MADAME ANFRY.

Il est au château à scier du bois; allez le chercher là-bas, vous lui ferez la commission.

LE DOMESTIQUE.

Si vous y envoyiez votre garçon, cela me donnerait le temps d'aller faire un tour au village et de faire connaissance avec les cafés.

MADAME ANFRY.

Mon garçon n'a que faire au château; on lui a dit hier qu'on n'y entrait pas en blouse; il ne se mettra pas en prince pour y aller, et il n'ira pas.

LE DOMESTIQUE.

Vous êtes maussade, madame la concierge;

mais prenez-y garde, on pourrait bien chercher à vous remplacer et à vous faire partir.

MADAME ANFRY.

Comme vous voudrez. Si les maîtres sont comme les valets, je ne tiens pas à y rester; nous sommes connus dans le pays, et nous ne manquerons pas de travail ni de place mon mari et moi.»

Le domestique vit qu'il n'y avait rien à gagner en continuant la conversation; il se retira en grommelant, et remonta lentement l'avenue du château. Il trouva le concierge au bûcher, comme le lui avait dit Mme Anfry.

« M. le comte vous demande, lui dit-il brusquement.

— Je ne suis guère en toilette pour me présenter chez M. le comte, répondit Anfry.

— Puisqu'il vous demande, c'est qu'il vous veut comme vous êtes, reprit le domestique d'un ton bourru.

— C'est vrai, » se borna à répondre Anfry.

Et, laissant son travail, il remit sa veste, secoua la poussière de ses pieds, et se dirigea vers le château.

« Où allez-vous? lui dit rudement un domestique qui balayait l'escalier.

— M. le comte m'a fait demander.

— Est-ce bien sûr?... Passez, alors, quoique vous soyez bien mal vêtu pour paraître devant M. le comte.

— Qu'à cela ne tienne; j'aime autant ne pas y aller. »

Et Anfry se mit à redescendre l'escalier qu'il avait monté à moitié.

« Mais non, je ne dis pas cela. Puisque M. le comte vous a demandé, c'est qu'il veut vous voir.

— Alors, gardez vos réflexions pour vous, » dit Anfry en remontant 1 escalier.

11 arriva à la porte du comte de Trcnilly et frappa discrètement.

« Entrez, » lui cria-t-on.

Anfry entra; il vit un homme de trente-cinq à trente-six ans, d'assez belle apparence, l'air hautain, mais le regard assez doux. Anfry salua; le comte répondit par un léger signe de tète.

« Vous avez des enfants? dit-il d'un ton bref.

ANFRY.

Un seul, monsieur le comte.

LE COMTE.

Garçon ou fille?

ANFRY.

LE COMTE.

Envoyez-le au château.


... from the RetroRead library, using Google Book Search, and download any of the books already converted to Kindle format.

Browse the 100 most recent additions to the RetroRead library

Browse the library alphabetically by title

Make books:

Login or register to convert Google epubs to Kindle ebooks

username:

password:

Lost your password?

Not a member yet? Register here, and convert any Google epub you wish


Powerd by Calibre powered by calibre